avocat

Relation entre l’avocat et le client

,

Choisir son avocat n’est pas facile, c’est comme choisir son médecin. Demandez une entrevue préliminaire, posez autant de questions que possible pour comprendre réellement tous les aspects de l’histoire, n’hésitez pas à demander. Ensuite, si au fil du temps la confiance placée échoue, ou s’il faut remarquer que le choix était erroné, il y a toujours le droit de se retirer du mandat confié en confiant son affaire à un autre avocat.

Ceci est un point important. Gardez à l’esprit que la relation avocat-client n’est jamais une relation à sens unique. La confiance doit être réciproque. Donc, tout comme il est juste de s’attendre à avoir un avocat sérieux et respectueux qui se consacre à l’affaire que vous avez proposée, il est absolument légitime que le professionnel revendique les mêmes conditions. En cas de perte du fondement de la relation entre l’avocat et le client, ou de la relation de confiance, les deux parties peuvent remettre le mandat. Le client peut révoquer l’avocat désigné, tandis que l’avocat peut renoncer à la mission reçue. Ces dernières années, la figure de l’avocat a perdu beaucoup de sa bonne réputation (en raison de la faute des avocats, bien sûr), mais je pense que, comme tout autre professionnel qui a étudié pendant des années pour pratiquer, la profession doit être respectée.

Il y a quelques petites règles   que j’ai l’intention de suggérer afin d’établir une relation de confiance avec votre avocat qui peut être utilisé qui ne sont rien de plus que des règles de bon sens :

lorsque vous exposez les faits d’une histoire, ne les accentuez pas et ne les rendez pas catastrophiques. Surtout, ne cachez pas les faits et surtout ne dites pas de fausses choses simplement parce que vous pensez qu’un avocat qui vous considère comme une partie blessée ou innocente va mieux vous défendre. Vous n’avez pas à convaincre l’avocat que vous avez raison. Le professionnel ne va pas vous juger, mais vous aider. À tort ou à raison, l’avocat vous aidera de toute façon comme l’avocat gratuit en ligne . En effet, si l’avocat pense que vous dites des choses fausses, il ne pourra pas vous faire confiance et par conséquent, il ne pourra pas vous donner une performance à 100 %. Tout comme l’avocat, pour augmenter ses honoraires et/ou faire bonne impression, n’a pas à amplifier le problème et à le rendre plus difficile qu’il ne l’est pas ;

le respect dû est nécessaire. Par respect, je n’ai pas l’intention de vous donner, mais simplement d’être ponctuel dans les rendez-vous, ou si l’avocat vous donne son numéro de téléphone portable, sauf si c’est un problème important, ne l’appelez pas le samedi, le dimanche ou à des moments peu probables. Si vous l’appelez un dimanche midi pour lui demander où vont les choses, il ne vous répondra pas la prochaine fois et vous ne pourrez pas dire que votre avocat ne répond jamais au téléphone ;
il faut toujours honorer la parole donnée. Lorsque vous établissez une relation de confiance, ne pas tenir parole est la première étape pour rompre la relation et vous assurer que les choses ne vont plus dans la bonne direction. Si une compensation a été convenue, éventuellement avec paiement en deux ou trois transes choisies par le client, celle-ci doit les respecter. Tout comme l’avocat qui a alors fait un prix ne peut pas l’augmenter à volonté en essayant de le justifier par des activités abusives ;
lorsque l’avocat demande des documents ou des éléments susceptibles d’être traduits en justice comme sources de preuves, ceux-ci doivent lui être remis dans les délais, les modalités et les formes qu’il vous a indiquées. Il faut toujours considérer que l’avocat est un être humain qui doit convaincre un autre être humain (le juge) de la validité de sa demande ou de sa défense. Si le client ne fait pas ce qu’on lui dit de faire, il sera plus difficile pour l’avocat de soutenir votre thèse et vous ne devez pas penser que le professionnel peut combler vos lacunes.

site web entreprise

Profitez de votre propre site Web d’entreprise

,

Un site Web d’entreprise présente divers avantages utiles pour votre entreprise et à ne pas manquer. Je vous recommande d’exploiter le potentiel d’un site Web autant que possible pour promouvoir davantage votre entreprise et vos activités quotidiennes.
Ici, je présente quelques avantages notables d’un site Web d’entreprise.

1er avantage – être présent est tout

Si vous n’êtes pas sur Internet, vous ne serez pas trouvé.
Profitez-en et sécurisez votre nom en tant que domaine sur Internet pour qu’il soit désormais visible en ligne.
Si vous n’avez pas beaucoup de temps pour le moment ou si vous n’avez pas les moyens financiers de le faire, créez une « carte de visite Web » à faible coût, qui est une version allégée d’un site Web et l’alternative la moins chère pour vous.

2e avantage -24 heures de publicité

Profitez du fait que le site Web de votre entreprise est accessible 24 h / 24 et fonctionne sur n’importe quel appareil compatible Internet, en particulier sur les appareils mobiles tels que les tablettes et les Smartphones.

3e avantage – fidéliser la clientèle et créer de la valeur ajoutée

Avec la page d’accueil de votre entreprise, vous pouvez lier plus facilement vos nouveaux clients à votre entreprise, par ex. Proposez des actualités ou des communiqués de presse et des informations complémentaires, publiez en permanence de nouveaux contenus ou de nouveaux produits et tenez vos clients potentiels informés grâce à une newsletter.

4e avantage – tout le monde peut gérer votre site Web

Si vous n’avez pas le temps de maintenir en permanence le contenu de votre site Web et de le maintenir à jour, attribuez simplement les droits appropriés à des tiers qui feront ce travail pour vous.
Avec un système de gestion de contenu (CMS en abrégé), vous pouvez, par exemple, configurer de nouveaux utilisateurs en quelques minutes et bien sûr, donner aux employés l’accès à votre site Web.

5e avantage – auto-présentation contrôlée

C’est à vous de décider ce que vous souhaitez publier sur le site Internet de votre entreprise, vous êtes indépendant des réseaux sociaux et pouvez contrôler vous-même la publicité sur Internet.

Conclusion – créez votre propre site web

Un site Internet professionnel représente un canal de vente et est donc une communication sur Internet comme notre site  machine polissage.
Je recommande à toutes les entreprises, aussi petites, sont-elles, de créer un site Web d’entreprise le plus tôt possible afin de se constituer un nom sur Internet dès le début.
Ce n’est pas pour rien que « Le lève-tôt attrape le ver », plus tôt vous établissez une présence d’entreprise sur Internet, plus vous réussirez finalement et vous aurez obtenu votre nom de domaine.
Si vous continuez à faire du marketing en ligne intelligent, vous générerez des backlinks pour le site Web de votre entreprise plus tôt que vos concurrents et collecterez des avis sur votre entreprise, ce qui est essentiel pour acquérir de nouveaux clients sur Internet.
Cette procédure est à nouveau un défi pour les nouveaux concurrents ou retardataires de votre secteur, mais elle vous distingue clairement de la concurrence.

La création d’un site Web d’entreprise n’a pas à être coûteuse, ni les frais d’acquisition ou d’hébergement Web, ni l’administration de votre site Web d’entreprise.

L’essentiel à savoir pour devenir un bon manager de transition

Un manager de transition intervient au sein d’une entreprise pour apporter son expertise dans diverses problématiques. Il peut s’agir d’une résolution d’une crise ou d’une élaboration d’un nouveau projet. Ce métier n’est pas fait pour les jeunes cadres ou encore les diplômés qui ne disposent pas assez d’expérience. Outre cela, il exige une grande adaptabilité, autonomie et mobilité. Le professionnel doit également avoir des aptitudes à diriger des équipes. Concrètement, le manager de transition est un cadre ayant pu cumuler de longues expériences. Ce n’est donc pas un travail qui devrait être choisi par défaut.

Le management de transition, un métier qui ne cesse de se développer

Diriger une filiale d’une entreprise, mettre en place une nouvelle stratégie logistique, garantir le changement digital d’une société… Tant de missions sont confiées à un manager de transition. Les entreprises ou autres organisations ont tendance à faire appel à cet expert opérationnel pour accomplir une mission spécifique dans une durée déterminée. Par exemple, une société à besoin de dénicher rapidement une personne disponible suite au départ du directeur. Cette personne doit avoir les compétences adaptées pour mener un plan de transformation temporairement. Puisqu’il n’est pas toujours évident de trouver la bonne personne en interne, l’entreprise se tourne vers un cabinet de management de transition. D’autant plus qu’il faut agir vite, sans perdre du temps à recruter.

Par ailleurs, le champ d’intervention d’un manager de transition s’est beaucoup élargi. Outre les grands groupes et certains secteurs, ce métier s’ouvre à de nouvelles organisations. Il s’intéresse entre autres aux grosses PME, à l’ETI, aux grandes distributions, à la santé… En d’autres termes, l’intérim management n’est plus considéré comme une fin de carrière. En effet, il s’agit d’une façon de travailler innovante qui est en perpétuel développement. Les missions se sont également optimisées. Elles se divisent en 4 catégories. Notamment, l’expert s’engage à la transformation des organisations, à la gestion de crise et de projet et au management-relais.

Quels critères pour prétendre à un poste de manager de transition ?

Des qualités spécifiques sont exigées pour devenir un manager de transition. Ce métier demande d’abord une expertise sectorielle, fonctionnelle et technique pointue. Ensuite, le prétendant au poste doit disposer d’une réelle expérience dans plusieurs environnements de travail. Pour les cabinets, les candidats ayant ce profil affichent de bonnes facultés d’adaptation à toutes les situations. Une personne ayant travaillé durant 25 ans dans une même entreprise avec un CV homogène ne sera pas retenue. En outre, avoir un excellent sens relationnel et émotionnel est important pour devenir un bon manager. Celui-ci doit disposer d’une vraie maturité et être au clair avec ses capacités. D’ailleurs, les cabinets de recrutement vérifient les compétences des candidats à travers une série de tests.

Ceux qui pensent remplir les critères pour devenir un manager de transition pourront rejoindre un réseau de managers pour consolider leurs compétences. Dans un premier temps, ils sont invités à s’inscrire à une réunion d’information pour voir s’ils sont le bon profil. En même temps, ils sauront si le métier est cohérent avec leurs objectifs professionnels, mais aussi personnels. Les prétendants pourront, par la suite, suivre une formation pour développer leur activité. Il existe des cabinets qui accompagnent les futurs experts à chaque étape, de la prospection à la réalisation des missions. Cela permet de s’adapter à de nombreuses situations et de trouver facilement les réponses à toutes les problématiques.

Les formations à privilégier pour devenir un manager de transition ?

Bien que nombreux soient les candidats au métier de management de transition, les profils pointus demeurent assez rares. Il est donc important d’avoir disposé d’une formation supérieure en commerce ou en ingénierie. Il faut également maîtriser l’anglais et les aspects bureautiques. Sinon, certains réseaux d’intérim management proposent un parcours de formation complet. Ce dernier a pour objectif d’identifier votre compétence clé. Il consiste, dans un premier temps, à faire le point sur votre profil pour voir si vous êtes en adéquation avec le marché. Ensuite, il faut définir vos valeurs ajoutées en listant vos compétences et en ciblant votre expertise. Cela permet de connaître les missions qui vous correspondent. Puis, les formateurs valident vos qualités humaines qui sont des critères indispensables pour être un bon manager de transition. La dernière étape est la structuration de la prospection commerciale. Cette phase permet de travailler sur votre prospection via les réseaux sociaux.

Quels sont les avantages du portage salarial ?

Qu’est-ce que le portage salarial

Forme innovante et assez récente de l’emploi, il s’agit d’un concept qui vous permet de vous trouver à mi-chemin entre l’entrepreneur que vous avez toujours rêvé d’être, et le salarié classique !
Vous n’êtes pas sans le savoir, l’auto-entrepreneuriat est une aventure qui comporte plus d’un risque, surtout si vous envisagez de renoncer à votre emploi pour mieux vous consacrer à ce nouveau projet. Le portage salarial sera alors une alternative fort intéressante pour vous lancer.

Portage salarial : les avantages

Aucun statut à créer

À son lancement, le consultant « porté » n’a point à se soucier d’un quelconque statut, car il n’y a nul besoin dans cette situation de se déclarer en société. Il n’a qu’à s’engager auprès de la société de portage pour démarrer son activité, ce qui lui confère une liberté et autonomie inégalées.
De même, puisqu’il n’y a pas la notion d’entreprise, aucune gestion administrative n’est nécessaire ; tout comme aucune dépense pour entretenir la société n’est à prévoir.

Aucune hiérarchie ni comptes à rendre

Aucune hiérarchie ne s’applique au portage, car le consultant est seul dans son activité, il peut alors la réaliser comme il le souhaite. Outre les frais de rétribution de la société de portage, le consultant n’a aucune contrainte et dispose de son temps comme il lui convient.

Couverture et sécurité

C’est très certainement l’atout majeur du portage, une expérience entrepreneuriale sans les risques qui lui sont associés, puisque le porté cotise au même titre que n’importe quel salarié. Il perçoit alors sa retraite le plus normalement possible et bénéficie de l’assurance chômage si jamais le travail vient à manquer.

Ainsi, le portage vous permet de tester une activité sans pour autant souffrir des aléas qui vont avec ; c’est donc une excellente alternative avec laquelle vous pouvez gagner en expérience, en toute sécurité !

 

marché

Comment une entreprise peut-elle garder sa place dans le marché ?

En tant qu’entrepreneur, vous ne souhaitez pas attendre des années et des années avant de toucher votre premier profit ni des années à financer un produit ou service qui peut finir en faillite.

Dans le processus de la création de l’entreprise, chaque entrepreneur doit faire une étude de projet afin de calculer les dépenses et les risques que son organisation peut affronter.

Des coûts calculés aux imprévues, du budget aux profits au risques de faillite, tout doit être étudié à l’avance. Cependant, ce que la plus part des entrepreneurs oublie dès le début, c’est la satisfaction client.

La satisfaction client doit être prise en compte dans le processus de l’étude de marché. C’est ainsi la préparation de la clientèle qui doit être bien faite afin de garantir la durabilité du produit.

Comment se fait l’étude de marché au niveau de la clientèle ?

L’étude de marché est basée sur le besoin de la clientèle vis-à-vis au produit ou service présenté dans le marché. L’étude de marché se fait soit en faisant une enquête sur l’utilisation d’un service ou produit similaire déjà existant sur le marché, on parle ici de la concurrence, à savoir lancer un produit ou service dont le besoin existe déjà et dont la population cible en est familière ; soit en créant un besoin chez la clientèle, ce qui est plus difficile d’ailleurs.

La concurrence est plus simple en termes d’étude de marché tant que le besoin est déjà créé et que le public cible est déjà consommateur.

Cependant, dans le cas de nouveau produit, plusieurs entrepreneurs prennent du temps avant de lancer leurs business. Il suffit, en effet, de créer un besoin qui rencontre le marché. Dans ce cas, Il suffit de regarder autour de vous.

Ce qu’on doit prendre en compte pour une bonne étude de marché ?

Le fait de choisir son marché, son offre ainsi que son chemin est très important. Ceci est encore plus important que la bonne idée de créer une entreprise. Il est donc inutile de mettre tous vos efforts sur un projet qui ne s’évaporera pas dès la première contrainte.

Quand vous êtes sûre de ce que vous faites et que votre projet est porteur, c’est là où vous pouvez investir votre temps, argent et effort.

Les quatre phases essentielles pour réaliser une étude marché réussie

La préparation

Il s’agit de sentir le coup et apprendre  à connaitre le besoin et le public cible à qui s’adresse le produit. Il faut préparer quelques hypothèses et quelques cas de figure que le produit pourra rencontrer. Il faut également préparer les questions à poser aux prospects s’il s’agit d’un nouveau produit. Choisir les bonnes questions est essentiels dans cette étape.

La réalisation

En d’autre terme, comment réaliser ce qu’on a préparé ?   Les questionnaires, les sondages, les rencontres avec les prospects, les interviews …

L’analyse de données

Il est essentiel de collecter les données eu à travers les deux premières étapes puis de les analyser. Il s’agit également d’être philosophe en analysant ces données et ce en essayant de se mettre à la place des prospects et de lire à travers les lignes de leurs réponses. Il faut savoir comment vraiment interpréter et comprendre ce dont le marché a besoin.

Implémenter les changements

Après avoir analysé et interpréter les données, il sera temps de les mettre en pratique pour que le produit ou l’offre aura sa place dans le marché.

Conclusion

Dès que vous êtes sûre que votre étude de marché est complète, vous pouvez aller plus loin. Il faut bien sûre essayer de tout faire conformément aux règles de marché pour bien construire une place idéale à travers ce que vous offrez.